Actualités

Des technologies simples peuvent changer des vies quand on les rend accessibles

By septembre 4, 2017 No Comments

A plus de 3 000 mètres d’altitude dans les Andes péruviennes, les paysages minéraux d’Ayacucho et de Huancavelica, entre vallées humides et sommets enneigés, feraient rêver n’importe quel amateur de trekking à la recherche de sensations fortes. Vivre au quotidien dans ce décor est une autre paire de manches. Il y a les températures négatives la nuit et les pentes rudes où il faut accrocher quelques cultures de quinoa ou de pommes de terre. Et il y a surtout l’isolement. Certains villages perdus dans les montagnes ne se laissent découvrir qu’au bout d’interminables routes sinueuses prolongées par plusieurs heures de marche. Dans ces régions, où le développement économique et la technologie peinent encore à se frayer un chemin, 80%[1] des familles cuisinent et se chauffent sur des foyers à bois. Ces foyers, constitués de pierres posées à même le sol dans les maisons, génèrent des fumées toxiques qui affectent la santé des familles, en plus d’accentuer la déforestation. Afin de permettre à des villageois parmi les plus défavorisés d’accéder à des systèmes de cuisson efficaces et de meilleures conditions de santé, le fonds Livelihoods a investi dans un grand projet mis en œuvre par l’ONG péruvienne ITYF. Sa force ? Une incroyable chaîne humaine et une organisation qui ont permis d’atteindre 30 000 familles en seulement un an.

[1] http://cleancookstoves.org/country-profiles/109-peru.html

Une technologie humaine avant tout

En Amérique Latine, en Afrique et en Asie, les fumées toxiques issues de l’utilisation de foyers à bois traditionnels causent plus de 4 millions de morts tous les ans et dégradent la santé de familles entières, à commencer par les enfants, en affectant leurs poumons, leurs yeux et leur croissance[2]. Au Pérou, les âtres ne sont presque jamais éteints pour conserver la chaleur dans l’unique pièce de la maison, ce qui accentue l’exposition des femmes et des enfants, qui passent le plus de temps à l’intérieur, à ces fumées.

[2] http://cleancookstoves.org/impact-areas/

Foyer traditionnel ouvert.

Foyer amélioré avec un brûleur pour cuisiner & un autre pour bouillir de l’eau.

Pourtant, des foyers améliorés, qui assurent une meilleure combustion avec moins de bois et par conséquent moins de fumées, existent. Le véritable défi n’est pas tant de trouver la technologie la plus adaptée à chaque région mais de rendre ces foyers abordables pour le plus grand nombre de villageois. Dans le cas d’Ayacucho et de Huancavelica, cette difficulté est accentuée par l’accès ardu à certains villages.

Le Fonds Carbone Livelihoods, un fonds d’investissement à impact qui utilise l’économie du carbone comme levier d’action, a préfinancé l’ONG ITYF pour déployer un projet à grande échelle dans des villages isolés des Andes péruviennes. Avec les 3,4 millions d’euros investis par le Fonds Livelihoods, ITYF a gratuitement équipé des villageois de foyers améliorés et les accompagne sur plus de 10 ans.

Le modèle de foyer amélioré utilisé dans le projet Livelihoods se construit en moins d’une journée avec des briques d’argile et des pièces métalliques très robustes fournies par ITYF. Sa simplicité n’enlève rien à son efficacité puisque le foyer permet de réduire la consommation de bois d’environ 60%. Grâce à des foyers fermés et une cheminée qui évacue les fumées à l’extérieur des maisons, l’air est de nouveau respirable pour les familles. Les femmes peuvent maintenant recouvrir les murs, auparavant couverts de suie, de vives couleurs qui sortent les maisons de leur pénombre.

Construction d’un foyer amélioré par des maçons formés localement.

Comment équiper 30 000 familles qui vivent entre 3 000 et 6 000 mètres d’altitude en seulement un an ? La véritable innovation de ce projet est dans l’incroyable chaîne humaine qu’ITYF a su créer pour que tous les villages identifiés, aussi isolés soient-ils, puissent bénéficier du projet. Maçons, professeurs, maires, docteurs, bénévoles : tous travaillent avec les équipes d’ITYF pour sensibiliser les villageois, transporter le matériel dans des camions prêtés par les municipalités, former les maçons des villages à construire les foyers et accompagner les femmes dans l’utilisation de leur nouveau foyer. Un réseau social et une organisation qui permettent de déplacer des montagnes.

Des gestes et des objets simples pour une meilleure santé

Dans ce projet, le foyer amélioré est la porte d’entrée pour amorcer une transition sanitaire au sein des familles. En plus d’éliminer la pollution de l’air domestique, les foyers améliorés comportent un deuxième brûleur afin que les femmes puissent bouillir de l’eau en même temps qu’elles cuisinent. L’eau consommée par les habitants d’Ayacucho et de Huancavelica est souvent polluée par les effluents du village. Elle constitue un enjeu majeur de santé pour les habitants, touchant tout particulièrement le développement des enfants. L’accès à une eau bouillie est donc un progrès essentiel pour les familles.

Un mécanisme simple pour ancrer le lavage des mains dans les habitudes quotidiennes.

Les familles reçoivent des gourdes hermétiques pour que les enfants aient accès à de l’eau bouillie partout.

Pour les accompagner au quotidien dans la transformation de leurs habitudes, l’équipe d’ITYF a mis au point un kit simple mais efficace. Les familles reçoivent des récipients hermétiques pour conserver l’eau bouillie ainsi que des gourdes pour que les enfants puissent les emmener à l’école. Pour les inciter à se laver les mains régulièrement, des bidons d’eau et de savon sont installés devant les maisons grâce à un mécanisme des plus simples. Et chaque famille reçoit un traitement gratuit de déparasitage des enfants.

Ce kit s’accompagne de séances de sensibilisation et de formation aux gestes qui préviennent les maladies aux moments les plus vulnérables de la vie : assurer les meilleures conditions d’hygiène aux femmes qui accouchent à la maison, se laver systématiquement les mains, manger équilibré… Ainsi, des semences sont offertes aux familles pour qu’elles puissent faire pousser des légumes variés et sains afin de faire évoluer leurs habitudes alimentaires.

L’équipe d’ITYF et son réseau de partenaires conseillent les familles à chaque étape. Les enseignants s’assurent que les enfants ont bien leurs gourdes à l’école et alertent le réseau de bénévoles d’ITYF quand un enfant présente des troubles de santé. Les maires se font les relais des villages lorsqu’ils ont besoin d’assistance. Un responsable au niveau du village guide les femmes dans la bonne utilisation et l’entretien des cuisinières. Dans les Andes, la solidarité entre les habitants est une clé de survie. C’est sur ce même principe qu’ITYF a construit la réussite de ce projet.

VIDEO: Découvrez le film du projet Livelihoods au Pérou

Ce projet Livelihoods au Pérou sera suivi par ITYF pendant plus de 10 ans. En plus de contribuer à améliorer la santé de 30 000 familles, il évitera l’émission de plus d’un million de tonnes de CO2 dans l’atmosphère et aidera à réduire la déforestation à Ayacucho et Huancavelica. Les crédits carbone générés par le projet permettront aux entreprises qui ont investi dans le Fonds Carbone Livelihoods de compenser les émissions qu’elles ne peuvent réduire. Ainsi, ce projet fait se rencontrer des acteurs en apparence très éloignées autour d’une action qui bénéficie à chacun d’eux et à la planète toute entière.

Photos : Sandro di Carlo Darsa

Le défi des standards carbone : conjuguer impacts climatiques et sociaux

Marion Verles, Directrice Générale du Gold Standard, et Bernard Giraud, Président de Livelihoods Venture, partagent leurs points de vue sur les opportunités offertes par l’économie du carbone.

Découvrir l'inverview

La certification des crédits carbone : rigueur et transparence

Le projet Livelihoods au Pérou générera à terme plus d’un millions de crédits carbone. Ces crédits carbone sont certifiés par le Gold Standard dans le cadre d’un processus très encadré.

En savoir plus
Share This