Actualités

Un modèle économique innovant
pour préserver l’eau de Rio

By juin 21, 2019 No Comments

Pérenniser l’accès à une eau naturelle de qualité tout en répondant à la demande d’un marché urbain en pleine croissance. Le projet Livelihoods-Caruanas, lancé en 2018 à Tinguá, au nord de la métropole de Rio de Janeiro fait face à un double enjeu. Car la qualité de l’eau dépend de pratiques agricoles durables. Mais la forte urbanisation menace la biodiversité des campagnes. Comment concilier les intérêts des villes et des campagnes ? Tout en préservant les ressources naturelles en eau ?

Pour y répondre, le Fonds Livelihoods pour l’Agriculture Familiale, Bonafont (la marque du Groupe Danone qui exploite l’usine d’embouteillage de Tinguá) et SEBRAE (l’agence brésilienne de développement des petites et moyennes entreprises) mutualisent leurs forces pour créer, à terme, le plus grand pôle de production de fruits et légumes biologiques de Rio. Au cœur du projet : un modèle d’investissement innovant qui porte déjà ses fruits et qui pourrait inspirer d’autres villes brésiliennes à réussir leur transition biologique en circuit-court.  

Une eau de qualité sur le long terme : la priorité de Bonafont et l’usine de Tinguá

A l’origine du projet Livelihoods-Caruanas : la préservation des ressources naturelles en eau. Au Brésil, l’eau minérale puisée dans le sol est exactement celle qui est embouteillée. Les étapes d’extraction, d’embouteillage, de transport et de conservation font l’objet de régulations très strictes fixées par le gouvernement brésilien, avec des contrôles de qualité tous les trois ans. En amont de l’embouteillage, la pureté de l’eau est un critère essentiel pour assurer la qualité du produit fini. Toute trace de pollution de l’eau pourrait conduire à la fermeture immédiate de l’usine.

Pour Bonafont, la marque du Groupe Danone qui exploite l’usine de Tinguá, assurer l’accès à une eau naturelle pure et de qualité est donc une priorité. D’autant plus que la marque ambitionne de faire de Tinguá la plus grande usine exploitée par Danone Eaux au Brésil.

A ce jour, la majeure partie du bassin versant de Tinguá se situe dans une zone protégée, où l’usine puise déjà une eau de qualité. Avec le projet Livelihoods-Caruanas, l’objectif est de pérenniser cette qualité sur le long terme.

En ville : un marché bio en pleine croissance

Si des pratiques agricoles durables sont nécessaires pour préserver la qualité de l’eau dans les campagnes, le bio est également un marché en plein essor dans la ville de Rio. L’urbanisation et la forte croissance démographique de la métropole accélèrent la demande de fruits et légumes biologiques.

Ville et campagne sont ainsi interdépendantes. Car la ville dépend de ses campagnes pour se fournir en eau et en nourriture. Mais l’urbanisation rapide menace la biodiversité de ces campagnes : le risque d’avoir recours à des pratiques agricoles non durables, pour répondre à une forte demande urbaine est réel.

Les deux-tiers de la vallée de Tinguá qui s’étend sur 60km2 en amont de Rio de Janeiro font partie d’une réserve naturelle protégée. Mais le reste de la zone, anciennement recouverte de champs de cannes à sucre prospères, souffre d’une mauvaise connexion à la ville, d’un désengouement des jeunes pour le travail agricole ainsi que d’un manque de formation. Au cœur du projet Livelihoods-Caruanas, la préservation de l’eau passe donc inévitablement par la revitalisation d’une agriculture durable et une situation économiquement viable pour les petits producteurs de la région.

Une coalition d’acteurs privés et publics

Pour réussir sa mission sur le long terme, Livelihoods-Caruanas repose sur un modèle d’investissement innovant et une coalition d’acteurs aux intérêts et aux moyens complémentaires.  Ainsi, le Fonds Livelihoods pour l’Agriculture Familiale pré-finance la formation des petits agriculteurs de Tinguá et l’équipement en kits d’agro-écologie, pour assurer leur transition vers une agriculture durable. Cette formation est déployée sur 30 mois, avec un accompagnement personnalisé et des ateliers collectifs, pour favoriser l’entraide entre les agriculteurs.

Le Fonds Livelihoods pour l’Agriculture Familiale a été créé par de grandes entreprises engagées dans la transformation de leurs chaines d’approvisionnement vers des modèles agricoles durables sur le plan économique, environnemental et social. Le Fonds a apporté son expertise pour structurer le projet et investit sur une durée de 8 ans en pré-finançant les actions sur le terrain, en particulier la formation des agriculteurs et l’organisation commerciale. Le Fonds est ensuite remboursé par Bonafont sur la base des résultats obtenus, ce qui permet d’investir dans d’autres projets.

Bonafont bénéficie ainsi du soutien du Fonds Livelihoods à double titre : réduction des risques d’investissement et expertise dans le développement des projets à destination des petits producteurs. Pour le Fonds Livelihoods, les résultats sont déjà au rendez-vous, car sur les 50 fermes qui ont déjà rejoint le projet, 45 ont obtenu leur certificat d’agriculture biologique auprès de l’agence nationale brésilienne.

Sur le terrain, la mise en œuvre du projet est assurée par SEBRAE, l’agence brésilienne de développement des petites et moyennes entreprises) qui finance et distribue les kits d’agro-écologie. Un moyen concret de passer à l’agriculture bio, grâce aux kits d’agro-écologie qui ont déjà fait leurs preuves au Brésil. A la clé : un potentiel de gain économique de 60% pour chaque producteur équipé. Lutter contre la pauvreté en privilégiant l’entraide : la création en cours d’une association des producteurs leur permettant d’accéder à des marchés urbains plus grands pour accroître leurs revenus sur le long terme. 

Par ailleurs, les producteurs qui ont déjà rejoint le projet s’engagent à reverser une partie de leurs revenus, équivalente au coût total du kit d’agro-écologie dont ils ont bénéficié, pour aider à équiper de nouveaux bénéficiaires.

Alimentation durable en circuit-court : la démarche peut inspirer d’autres villes

D’un côté, la ville en pleine croissance démographique, et en demande de produits alimentaires bio. De l’autre, des petites productions en monoculture (principalement du manioc) en besoin de transition durable et de diversification.

Pour concilier les deux, le projet Livelihoods-Caruanas s’engage sur des résultats concrets et privilégie le circuit-court. Un engagement contractuel qui relie les acteurs du projet grâce à un suivi terrain mensuel et annuel, sur 8 ans. A terme, le projet permettra à 250 familles de Tinguá de réussir la transition vers une agriculture durable et de les connecter au marché de Rio.

Livelihoods-Caruanas génère ainsi des bénéfices pour toutes ses parties prenantes : de meilleurs revenus pour les fermiers sur le long terme et une certification bio, la garantie d’une agriculture locale et en circuit-court pour la ville de Rio, des ressources en eau préservées pour les habitants de la ville et une pérennité pour l’activité de l’usine de Bonafont.

Bénéficiant d’une visibilité prometteuse et de liens étroits avec les pouvoirs-publics, le projet pourrait inspirer d’autres villes pour concilier enjeux environnementaux, économiques et sociaux.

Photos: Louis Perrin/ Livelihoods Funds.

Lire aussi :

Actualités
novembre 4, 2019

We are hiring a Senior Agroecologist
& Program coordinator

Ready to make a change for the livelihoods of smallholder farmers while preserving natural resources? We are looking for a Senior Agroecologist & Program Coordinator, passionate about ecology, social justice...
Actualités
octobre 29, 2019

LE FARMER INCOME LAB :
L’approche innovante de Mars pour réduire la pauvreté

Eradiquer la pauvreté des chaînes d'approvisionnement de l'industrie alimentaire est un défi ambitieux que Mars relève au sein de son Farmer Income Lab, lancé en 2017. Son but ? Identifier...
Actualités
octobre 29, 2019

FAITS ET CHIFFRES CLES:
Investir dans l’agriculture est plus efficace que tout autre secteur pour réduire la pauvreté dans le monde

2/3 DES PLUS DÉMUNIS VIVENT EN MILIEU RURAL Même si des progrès ont été réalisés au cours des dernières décennies pour réduire la faim et la pauvreté dans le monde,...
Actualités
octobre 29, 2019

Une interview avec Barry Parkin,
Directeur du Développement Durable, Mars

Fondé par Mars en juillet 2017, le Farmer Income Lab est un véhicule collaboratif qui vise à augmenter les revenus des petits exploitants agricoles, au sein de sa chaîne d'approvisionnement....
Share This