Objectives In Numbers

250
fermes familiales soutenues (phase 1)
60
de revenus en plus pour les fermiers
1.3
million € préfinancés par le Fonds Livelihoods

Le contexte

En 2050, plus de 65%[1] de la population mondiale vivra dans les villes. Les villes dépendent de leurs campagnes pour se fournir en eau et en nourriture. En même temps, l’agriculture rurale dépend de la demande des villes. C’est un équilibre fragile. Rio de Janeiro fait partie des mégapoles qui comptent plus de 12 millions d’habitants. La crête montagneuse de Tingua, à environ 60 km en amont de Rio de Janeiro, en est l’un des principaux captages d’eau. Toutefois, les habitants de ce territoire figurent parmi les plus pauvres de Rio et disposent de très peu de savoir-faire agricole. Ils délaissent peu à peu l’agriculture pour travailler en ville. Ainsi, les terres sous-valorisées à la porte d’une mégalopole font l’objet de spéculation. A long-terme, le tourisme de masse, les programmes immobiliers ou des industries polluantes pourraient mettre sous pression la gestion de l’eau à Tingua.

[1] http://www.un.org/en/development/desa/news/population/world-urbanization-prospects-2014.html

Le projet

Ce projet est soutenu par Bonafont, une marque du groupe Danone qui a une usine d’eau minérale à Tingua (à 60 km de Rio) et le Sebrae (l’agence brésilienne de développement des petites et moyennes entreprises). Ce projet permettra aux petits agriculteurs de Tingua, l’un des principaux captages d’eau de Rio, d’adopter des pratiques agricoles 100% sans produit chimique pour préserver le bassin versant.

Environ 250 fermes familiales seront ainsi équipées d’un kit d’agroécologie conçu par le Sebrae et déjà adopté par de nombreux agriculteurs à travers le Brésil. Ce kit est composé de matériel pour une parcelle d’environ 5 000 m2 (semences, tuyaux d’irrigation, poulailler, poules, réservoir d’eau avec pompe solaire…). Il permet d’accroître la productivité, sans aucun recours à des produits chimiques, en s’appuyant sur l’irrigation par goutte-à-goutte, une meilleure organisation du travail et des synergies entre les plantes et les poules. De plus, les fermiers seront formés pendant 30 mois sur des pratiques agricoles durables, la gestion de leur ferme et des ventes pour devenir des producteurs biologiques professionnels. Ils seront aussi reliés aux marchés locaux, supermarchés et restaurants de Rio pour sécuriser leurs revenus sur le long-terme. Un mécanisme de solidarité sera aussi mis en place pour créer un cercle vertueux. Les fermiers qui auront de meilleurs revenus grâce au projet contribueront à la formation et à l’équipement de nouveaux agriculteurs ainsi qu’aux activités liées à la vente.

Ce projet, avec un investissement de 1,3 million d’euros du Fonds Livelihoods pour l’Agriculture Familiale, est construit sur un modèle innovant. Le Fonds Livelihoods a co-construit le projet et porte le risque d’investissement en préfinançant la mise en œuvre et le suivi. Bonafont rémunérera le Fonds Livelihoods en fonction du nombre d’hectares préservés pour s’assurer que le projet génère des résultats concrets. Le Sebrae co-finance le projet et assure sa mise en œuvre sur le terrain.

L’impact social, environmental et économique

Le projet porté par le Fonds Livelihoods et ses partenaires va accompagner la transition des fermes situées autour de l’usine de Bonafont vers des pratiques agricoles qui participent à la préservation à long-terme des ressources en eau. Il aboutira à la création du plus grand pôle de production d’aliments biologiques de Rio qui connaît une demande croissante pour des produits sains. Les revenus des fermiers devraient augmenter d’environ 60% pour atteindre voire dépasser certains salaires de Rio.

Le projet créera ainsi des bénéfices pour toutes les parties prenantes : de meilleurs revenus sur la durée pour les fermiers ; la durabilité de l’activité de Bonafont ; des aliments sains et des ressources en eau préservées pour les habitants de Rio et de ses alentours.

Nos partenaires

Photos: Louis Perrin.