Nos réalisations en chiffres

6
Millions d'arbres plantés (dont 3 millions de caféiers)
6000
Hectares restaurés
1
million de tonnes de CO2 séquestrées

Le contexte

Les tribus Adivasi de la région d’Andra Pradesh figurent parmi les communautés les plus pauvres de l’Inde. Ces tribus marginalisées vivent dans une zone où très peu de personnes savent lire et écrire, notamment chez les femmes, la mortalité infantile est très élevée alors que la productivité agricole est au plus bas. La région culmine à 1200 mètres et reçoit en moyenne 1300 mm de pluie par an. Elle a été très sévèrement déboisée pendant l’occupation anglaise, ce qui a conduit à l’érosion et la dégradation des. Les forêts dont dépendaient les Adivasi pour leur subsistance avaient disparu, les maintenant dans la pauvreté.

L’ONG Naandi a démarré ses premiers projets dans la vallée d’Araku dans les années 2000. Elle a commencé par aider les communautés à développer leur production de café en agriculture biologique. Très vite, Naandi a identifié le lien entre les problèmes de santé et de nutrition des Adivasi : la disparition de la forêt. Naandi a ainsi mis au point « La méthode Araku », une approche intégrée pour agir conjointement sur l’agriculture, l’éducation et le lien social. Naandi se focalise sur la productivité des terres, la gestion des maladies et des ravageurs avec des méthodes écologiques ainsi que l’accès au marché pour les fermiers. Avec le soutien du Fonds Carbone Livelihoods, Naandi a pu étendre ses activités et mettre sur pied un volet agroforesterie pour améliorer la vie de 100 000 habitants dans 300 villages.

Le projet

Grâce au projet Livelihoods Naandi, les villageois ont pu eux-mêmes planter 3 millions d’arbres fruitiers pour restaurer leurs terres ainsi que 3 millions de caféiers. Les jeunes plants, produits dans des pépinières locales, ont été distribués aux habitants qui ont choisi les zones à reboiser avec des experts forestiers et ont participé à tout le développement du projet. Naandi continue de former 14 000 fermiers à des pratiques agricoles durables pour leur permettre de prendre soin de leurs arbres tout en préservant leur écosystème. Les fermiers apprennent notamment à produire leur compost et à lutter contre les maladies et les ravageurs sans produits chimiques.

Impact social et environnemental

Les Adivasi ont ainsi pu diversifier leurs cultures avec 18 variétés d’arbres fruitiers pour renforcer leur sécurité alimentaire et générer de nouveau revenus avec la vente des surplus. Ainsi, après des années de soins, ils produisent environ 12 000 tonnes de mangues par an pour le marché local. De plus, avec les millions de caféiers replantés, ils produisent un café de grande qualité avec des méthodes biologiques. Organisés en « Coopératives de petits fermiers marginalisés » ils vendent leur café directement aux consommateurs. La première boutique « Araku Coffee » a ouvert à Paris début 2017. Transformées en forêts fonctionnelles, les auparavant terres dégradées des Adivasi leur procurent aujourd’hui nourriture et revenus.

La restauration de 6 000 ha de terres dégradées a aussi permis de reconstituer l’habitat de la faune et flore locale, plus particulièrement des oiseaux endémiques. De plus, les 6 millions d’arbres permettront de séquestrer environ 1 million tonnes de CO2 sur 20 ans. Le projet sera en effet évalué pendant toute cette durée afin de garantir qu’il génère bien les bénéfices attendus pour les communautés et pour l’environnement.

En savoir plus sur le Café d’Araku

Nos Partenaires