Efficacité énergétique et meilleures conditions de vie au Kenya

Au Kenya, 80% de la population cuisine au bois. La plupart des familles utilisent un foyer traditionnel 3-pierres qui consomme beaucoup de bois, contribuant à la déforestation, et émet des fumées toxiques. Depuis 2014, le projet Livelihoods-Hifadhi permet à des familles de s’équiper en foyers améliorés qui réduisent la consommation de bois de 60%. Le Fonds Carbone Livelihoods double son investissement dans ce projet pour atteindre un total de 8 millions d’euros. Ainsi, le projet dans son ensemble permettra à 600 000 villageois d’améliorer leurs conditions de vie, de préserver 2 400 ha de forêt et d’éviter l’émission d’environ 3,5 millions de tonnes de CO2.

Mais comment est-il possible de toucher des centaines de milliers de villageois dans des zones avec peu de réseaux de communication ? Comment ces foyers améliorés peuvent-ils être rendus abordables pour la plus grande majorité d’habitants ? Et comment garantir que le projet crée des bénéfices tangibles pour les villageois et pour la planète ?

Répondre aux causes de la déforestation et des enjeux de santé au Kenya

Au pied du Mont Kenya, la plupart des femmes cuisinent sur des foyers traditionnels 3-pierres qui consomment énormément de bois. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’exposition aux fumées toxiques émises par ces foyers équivaut à fumer deux paquets de cigarettes par jour. Maladies respiratoires, infection des yeux… : plus de 16 000 décès, dont des enfants, sont attribués à la pollution de l’air domestique tous les ans[1]. De plus, les femmes et les jeunes filles, qui sont les seules responsables de la cuisons dans la culture kenyane, doivent marcher sur de longues distances pour ramasser du bois et passent beaucoup de temps à cuisiner sur ces foyers inefficaces.

En Swahili, « Hifadi » signifie « préserver ». Le projet Livelihoods-Hifadhi a été nommé ainsi en raison de son double objectif : préserver les forêts pour lutter contre le changement climatique et préserver la santé des femmes et des jeunes filles. Le modèle de foyer choisi pour le projet, le « Konsava Rocket-Stove », réduit la consommation de 60% et il est fabriqué dans la même zone. En plus de réduire la consommation de bois et de préserver la santé des villageois des fumées toxiques, le projet a des bénéfices directs pour les femmes. Avec un foyer traditionnel, les femmes et les jeunes filles doivent marcher pendant environ 12 heures par semaine pour ramasser du bois. Avec le foyer Hifadhi, elles peuvent économiser plus de 7 heures par semaine. Les femmes peuvent par conséquent s’investir dans d’autres activités génératrices de revenus et les jeunes filles ont plus de temps à consacrer à l’école. Par ailleurs, les familles qui achètent du bois pour cuisiner peuvent réduire ce poste de dépenses et se concentrer sur d’autres priorités.

[1] http://cleancookstoves.org/country-profiles/focus-countries/4-kenya.html

Un modèle d’investissement innovant pour rendre les foyers abordables

Le projet Livelihoods-Hifadhi est rendu possible grâce au modèle d’investissement et à l’ingénierie de projet sur lesquels il est bâti. Le Fonds Carbone Livelihoods préfinance EcoAct et Climate Pal pour la mise en œuvre du projet sur le terrain (gestion de la production et des contrôles de qualité, distribution aux familles…) et de son suivi jusqu’en 2029. Ce projet à long-terme repose sur l’engagement des entreprises privées qui ont investi dans le Fonds Carbone Livelihoods : Crédit Agricole, Danone, Firmenich, Groupe Caisse des Dépôts, Hermès, La Poste, Michelin, SAP, Schneider Electric et Voyageurs du Monde. Ces entreprises se sont engagées à réduire leur empreinte carbone et ont décidé de mutualiser leurs forces pour aller plus loin : réduire une partie de leurs émissions avec des projets qui génèrent des bénéfices directs pour des communautés rurales dans des pays en développement. En retour de leur investissement, ces entreprises reçoivent des crédits carbone à haute valeur sociale et environnementale certifiés par le Gold Standard, un organisme international parmi les plus exigeants créé par le WWF.

Ainsi, grâce à la finance carbone, les foyers améliorés peuvent être vendus à un prix très bas pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Une partie du coût de production et de distribution des foyers dans des villages reculés est en effet payée par le Fonds Carbone Livelihoods. Chaque foyer, qui a une durée de vie d’environ 3 à 5 ans, peut de ce fait être vendu aux alentours de 3 dollars, le prix incluant les réparations ou le remplacement si nécessaire.

Foyer traditionnel 3-pierres et foyer Livelihoods- Hifadhi qui consomme 60% moins de bois

Des résultats tangibles grâce à une ingénierie de projet et un suivi précis

En plus de son modèle d’investissement innovant, le projet Livelihoods-Hifadhi s’appuie sur la dynamique sociale locale pour toucher un grand nombre de familles. Pour sa première phase, le projet a connu un taux de pénétration d’environ 65% dans les villages et a ainsi pu atteindre 300 000 villageois en seulement 2 ans. Au fil des années, Climate Pal a construit un réseau de 200 groupes villageois qui sont en charge de sensibiliser les familles et de distribuer les foyers. Toute l’expérience acquise durant cette première phase du projet a permis d’optimiser les processus (production, sensibilisation, distribution, suivi) pour lancer la deuxième phase.

Par exemple, la conception du foyer a été améliorée pour rendre la structure extérieure plus résistante lors des manipulations et du transport. Le système de suivi va être totalement digitalisé pour fournir des données fiables aux partenaires du projet, aux auditeurs indépendants et au Gold Standard afin d’évaluer les différents impacts du projet. De même, chaque foyer dispose d’un numéro de série unique qui le rend identifiable tout au long de son cycle de vie. Tous les ans, un membre de Climate Pal visite régulièrement chaque famille pour vérifier le bon fonctionnement du foyer. S’il est endommagé ou moins efficace, il est réparé ou remplacé.

Le projet Livelihoods-Hifadhi a créé de nouvelles opportunités économiques depuis le lancement de la première phase. Sa mise en œuvre de la deuxième phase et le suivi jusqu’en 2029 nécessite une équipe permanente pour produire, assembler, distribuer et réparer les foyers. Plus de 300 emplois directs et indirects ont été créés par le projet, dans une région qui connaît un taux de chômage de 40%. Par ailleurs, comme l’atelier de fabrication se trouve au milieu de la zone du projet, il profite pleinement à l’économie locale et les frais de transports sont minimisés.

Accélérer l’action climatique et la reforestation

En plus de la distribution de 120 000 foyers améliorés, environ 1 million d’arbres seront plantés dans le cadre du projet Livelihoods-Hifadhi. Comme les foyers consomment 60% moins de bois, ils permettront de préserver l’équivalent de 2 400 ha de forêt et éviteront l’émission d’environ 3,5 millions de tonnes de CO2, contribuant ainsi très concrètement à lutter contre le changement climatique.

Photos: Nicolas Gauduchon/ Livelihoods Funds.

Share This